051217_nicolino

"Quiconque est assez vieux se souvient nécessairement des traversées en voiture de la France. Le pare-brise, perpétuellement recouvert d'insectes qui explosaient contre la vitre, devait être nettoyé plusieurs fois. J'ai bien fait 2500 kilomètres sur les routes de ce pays au cours de l'été 2016, et je vois comme chacun qu'il n'y a plus rien. Rien de rien."

Fabrice Nicolino Ce qui compte vraiment Les liens qui libèrent février 2017

Fabrice Nicolino :

"L'agriculture intensive est l'un des plus grands tueurs de vie sur terre, via les pesticides, la destruction des forêts pour y faire pousser, entre autres, des biocarburants pour nos bagnoles, ou encore un siphonage délirant des nappes phréatiques et des rivières de manières à abreuver des plantes exportables. Les estimations sérieuses autorisent à penser que la moitié des oiseaux ont disparu en France depuis 1960. Une apocalypse qui semble ne marquer aucun esprit. La moitié des papillons, par ailleurs, ont quitté nos prairies en vingt ans. Et cette tendance écrasante vaut pour les abeilles, les lucioles, les grenouilles, les sauterelles…"

Dès l'introduction, et le premier chapitre, on ne peut qu'être conforté dans son désir de changer son mode de vie, sa façon de consommer (quel mot !). L'auteur ne dit rien de génial mais il essaye, au-delà du constat effrayant, de tracer des pistes. Il croit à la possibilité de sinon tout récupérer du moins stopper les destructions et redonner un peu d'espace à la Nature. Seul bémol, sa façon d'écrire ne m'enthousiasme pas.

Mais lisez-le ! Faites-le commander par votre bibliothèque. Ou volez-le.