Manger bio resterait un luxe de bobo, la présidente de la FNAB (*) la réfute : "Une étude Nutrinet réalisée il y a peu pour l'Inserm prouve que les consommateurs bio n'ont pas des revenus supérieurs aux autres, mais sont proches des recommandations de santé alimentaire. C'est donc avant tout une question de choix et surtout une question d'information." Pour Arnaud Gauffier (**), le panier bio ne peut être comparé à un panier conventionnel : "Manger moins de certains produits qui coûtent cher permet d'augmenter la part de bio dans la consommation. Au regard des protéines animales par exemple, il est possible de réduire les quantités et de mieux choisir la qualité." Acheter de saison, en vrac et en gros, permet aussi de réduire la facture.

 [Lire l'article]

(*) Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique

(**) En charge des questions agricoles au WWF

 

Extrait d'un article du 1 un N°175 du 25 octobre 2017 Le bio a-t-il tout faux ?

Disponible en kiosque