2038-les-futurs-du-monde-avenir

[…] J'envie mes enfants qui disposent d'un accès sans précédent à la connaissance, à l'information, à l'international, aux tutoriels… Certes, des inégalités, très fortes, persistent pour l'accès à la culture, aux outils d'apprentissage. Les catégories aisées restent privilégiées. Pour autant, des innovations telles que l'école inversée ou les Mooc ouvrent des horizons très intéressants, potentiellement moins élitistes. Donc, plutôt que d'agiter les peurs, il vaut mieux parler du futur en montrant ce qui est possible, et ce qui marche, même à échelle réduite.

Le succès d'un film comme Demain témoigne de ce besoin dans l'opinion. Il est crucial de rappeler, en le montrant, que chacun a des moyens d'agir directement pour son propre avenir. Et qu'on y gagnera tous. Prenez la consommation de viande. En Europe, beaucoup de gens réduisent leur consommation parce qu'ils ont pris conscience, souvent grâce à des proches qui les ont précédés dans cette démarche, des risques environnementaux et de santé liés à la production d'aliments carnés. Ou de l'importance de prendre en compte la souffrance animale. Manger moins de viande tout en la choisissant est l'exemple même d'action accessible à tous et à impact tangible. (*)

 

Virginie Raisson, in 2038, les futurs du monde, à paraître le 17 novembre.

 

(*) C'est moi qui souligne