Manger


29 juin 2018

Bouchers - Butchers

 

fr

 

Dans la rubrique Tout ce qui nous a rendus heureux cette semaine, le magazine ELLE publie ceci :

062918_ELLE (1)

 

 

Comme quoi les profs qui proposent les sujets d'examens sont moins cons que les bouchers ! Les bouchers et le véganisme

Bon, c'est vrai, tant de choses nous rendent malheureux. Le sort des migrants, bien sûr, en particulier.

 

en

 

In the section Tout ce qui nous a rendus heureux cette semaine  [All that has made us happy this week, the magazine ELLE publishes this (on the picture): Four subjects for "bac" (French equivalent of GSE) were about the relationship between man and animals.

Which demonstrates that the teachers who propose the subjects of examinations are less stupid than butchers! French butchers and veganism

Of course so many things make us unhappy, like the fate of migrants in particular.

062918_ELLE (2)

 

 

 

 

 

 

 

Posté par bouffons à 09:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 juin 2018

"Je suis un lapin dans un banquet de chasseurs !"

 

Voilà un homme qui illustre parfaitement l'adage sur l'habit qui ne fait pas le moine. Au premier abord, Eric Diard a l'allure de ce qu'il est : un quinquagénaire à cravate, député LR des Bouches-du-Rhône, s'exprimant avec un fort accent phocéen.

Mais Eric Diard est aussi et surtout un défenseur de la cause animale. Qui possède huit chats et, dans la vie, s'oriente tranquillement vers le végétarisme. Un spécimen déjà peu répandu dans les rangs du centre et de la gauche, mais qui, à droite, confine à la bizarrerie.

Ainsi, lors du vote de la loi Egalim sur l'agriculture et l'alimentation, ce pugnace Marseillais s'est battu pour faire interdire la castration à vif des porcs, le broyage de poussins, les cages pour les lapins d'élevage et pour mieux encadrer le travail dans les abattoirs.

Et dans les débats parlementaires, il a été capable de saillies mémorables, notamment une citation du moine bouddhiste Matthieu Ricard, le 27 mai dernier :

"Notre compassion s'arrête au bord de notre assiette."

On imagine la tête de ses collègues à droite...

Justement, comment vit-il ce drôle de positionnement, lui, l'ancien supporter de Philippe Séguin et partisan de Nicolas Sarkozy, ex-animateur du petit courant Ecologie populaire ? Interview.

Comment avez-vous vécu les semaines à défendre la cause animale en pleine loi Egalim sur l'agriculture et l'alimentation, ces moments où l'Hémicycle s'est montré passablement rétif aux évolutions ?

J'ai parfois eu l'impression d'être un lapin dans un banquet de chasseurs ! Je me sentais bien seul. Chez les Républicains, beaucoup me regardent encore comme un être un peu à part. On me chambre : "Eh fais gaffe Eric ! Quand tu manges une salade, tu lui fais du mal !" Ça ne vole pas très haut…

 

Pour vous, les députés sont en retard sur les Français ?

Complètement. La plupart de mes collègues députés ont un train de retard sur l'opinion publique. Pour eux, l'animal est encore une marchandise et l'on traite une vache ou un cochon comme un navet ou un poivron. Mais le bien-être animal, c'est le sens de l'histoire, qu'ils le veuillent ou non. Les Français y sont de plus en plus sensibles. Bientôt, ils boycotteront les œufs des poules élevées en cage et la viande des lapins en cage. Ce sont des évolutions dont les filières agricoles doivent tenir compte si elles veulent survivre. Je vous parle d'une évidence commerciale !

L'influence du premier syndicat agricole, la FNSEA, s'est fait lourdement sentir au cours des arbitrages de la loi Egalim…

Il y a une lâcheté des députés vis-à-vis des lobbys, c'est incontestable. Le rapporteur de la loi Egalim, Jean-Baptiste Moreau, éleveur dans la Creuse [déjà épinglé par "l'Obs", NDLR] s'est fait le serviteur zélé de la FNSEA. Mais on ne peut plus  faire comme si les images de L214 ne circulaient pas sur les réseaux sociaux, comme si les Français n'avaient pas conscience des épouvantables conditions qui sont faites, dans les abattoirs, à la fois aux animaux et à ceux qui les dépècent.

Un Christian Jacob, patron des Républicains à l'Assemblée, qui, lors d'une discussion parlementaire, argumente contre vous en disant : "Un veau, c'est un veau, ce n'est pas un bébé vache ! Un petit cochon, ce n'est pas un petit cochon, c'est un porc !" est-il tenu par les lobbys ? Ou bien est-il sincère ?

Christian Jacob est un éleveur. Je suis convaincu de la sincérité de ses propos. Mais c'est un homme des années 1980. De même, quand je parle à mes collègues d'abolir le broyage des poussins ou la castration à vif des porcs, ils n'ont que l'économique à la bouche. "C'est trop cher. Le monde agricole est aux abois." Je le répète : il n'y a pas d'avenir commercial pour la filière agricole française si elle ne se met pas au diapason des évolutions qui sont celles des consommateurs.

Si l'on vous demandait de choisir entre votre appartenance aux Républicains et le bien-être des animaux ?

Je choisirais le bien-être animal, sans hésiter.

Comment voyez-vous le fait que le pouvoir macronien semble caresser le lobby des chasseurs dans le sens du poil ?

Je ne suis pas contre la chasse populaire et j'ai des relations très cordiales avec les chasseurs de mon département. Mais l'idée du président de rouvrir les chasses présidentielles, ce n'est pas possible. C'est une chasse de caste, qui n'a plus lieu d'être ! De même, il est impératif d'abolir la chasse à courre, un vestige d'un autre temps. Un président qui se proclame "moderne" ne peut pas ne pas le voir.

Propos recueillis par Arnaud Gonzague

https://www.nouvelobs.com/planete/20180619.OBS8345/je-suis-un-lapin-dans-un-banquet-de-chasseurs-eric-diard-depute-lr-et-ami-des-betes.html

 

 

 

 

Posté par bouffons à 16:42 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 juin 2018

C'est l'été - Summertime

061218_summer2

fr

Hier, comme sur la plupart des lundi après-midi, je suis allé là où j'achète des légumes bio Je ne peux pas dire "la ferme" puisqu'ils n'ont pas d'animaux. Les appellerai-je les maraîchers ?

J'ai acheté quelques courgettes – des rondes et des longues - deux aubergines, des oignons nouveaux et des échalotes nouvelles , un concombre, des radis, des pommes de terre nouvelles, de la salade et des lis - ils cultivent des fleurs aussi.

C'est l'été quand nous pouvons acheter des légumes cultivés localement, n'est-ce pas ?

L’été aussi dans notre jardin. Beaucoup de fraises délicieuses.

 

en

Yesterday, as on most Monday afternoons, I went to the place where I buy organic vegetables. I cannot say « farm » since they don’tg have animals. Shall I call them market gardeners ?

I bought some courgettes – round and long – some aubergines, new onions and new shallots, a cucumber, some radishes, some new potatoes, some salad, and some lilies – they grow flowers too.

It is summertime when we can buy locally grown vegetables, isn’t it ?

Summertime in our garden too. Plenty of delicious strawberries.

 

fraises

 

 

 

 

Posté par bouffons à 14:56 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
06 juin 2018

Couscous

 

060618_couscous

 

 

 

fr

(Aucun rapport avec mon article précédent.)

Lundi soir nous avons regardé par hasard sur la chaîne  MB LIVE un documentaire du l’Islande : Des montagnes et des moutons. Ce film, je viens de le voir, est disponible sur YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=Q_B2ZXbkEWE

Des paysages magnifiques, de splendides petits chevaux et des milliers de peluches blanches à museaux noirs, dont la plupart finissent à l’abattoir après deux mois de liberté totale dans la montagne…

Ce midi, couscous.

Je vous rassure. Après avoir vu ce documentaire, mon couscous n’aura pas le goût d’agneau ni de poulet, ni d’aucune viande.

Carottes, navets, courgettes cuits à la vapeur, couscous et pois chiches. Au moment de servir, bouillon de légumes avec beaucoup de sauce piquante – le Tabasco de chez Biocoop.

 

 

 

en

  On Monday evening we watched, par chance, at a documentary about Iceland: Mountains and sheep on MB LIVE tv channel. The film, I have just discovered, is available for viewing on YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=Q_B2ZXbkEWE.

Magnificent landscapes, magnificent lively small horses and thousands of white cuddly toys with black snouts, which will for most of them finish at the slaughterhouse after two months of total freedom in the mountain …

Today, for lunch, couscous.

I reassure you. Having seen this documentary, my couscous will not have the taste of lamb or chicken, nor any other meat.

Steamed carrots, turnips, zucchinis. Couscous and chickpeas. At the time of serving, vegetable broth with a lot of hot pepper sauce. - the organic alternative for Tabasco.

 

 

 

 

Posté par bouffons à 10:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

04 juin 2018

Méchoui de cabri

jour

Comme beaucoup d’entre vous, je pose sur la table une feuille de vieux journal pour éplucher les légumes. Et parfois mon regard tombe sur un titre ou un paragraphe. Samedi c’était une vieille feuille de Charlie-Hebdo d’il y a presque deux ans. Ci-dessous, le premier paragraphe. Si vous avez un moment pour lire la suite, cliquez sur le lien.

« Quand l'Europe n'existera plus, tout sera plus simple. Quand le Parlement européen aura disparu, quand la Commission européenne et ses horribles commissaires auront disparu. Tout ira beaucoup mieux en Europe quand l'Europe aura rendu l'âme. Alors on visitera le Parlement européen comme les mines du Colisée, à Rome, puis on contemplera les vestiges de l'Europe comme Charlton Heston, dans La Planète des singes, découvrant à demi enfouis sur une plage les restes de la statue de la Liberté après une guerre nucléaire. Satisfait, chacun retournera dans son petit pays de merde, avec sa petite monnaie de merde, votera ses petites lois locales de merde pour flatter son petit ego de merde. La construction de l'Europe aura été un accident, laissant à nouveau place aux nationalismes nauséabonds, chacun vivant dans sa grotte, à cuire son morceau de viande, à s'épouiller la tête et à se reproduire en se reniflant le trou de balle seulement entre membres de la même tribu. [] »

http://frimousseblog.fr/wp-content/uploads/2018/06/mechoui_de_cabri.pdf

 

 

 

 

 

 

Posté par bouffons à 10:19 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 mai 2018

Coup de gueule - A rant

052918_glyphosate

 

fr

  Ça commence à bien faire ! Les députés, sous la pression du ministre de l'agriculture, et des lobbies de l'agriculture et de l'industrie chimique, ont une nouvelle fois refusé de fixer la date de l'interdiction définitive des glyphosates. Ils considèrent qu'il faut d'abord trouver une solution de remplacement pour les agriculteurs.

Jusqu'à présent je faisais le choix du bio. À partir de maintenant je m'interdis l'achat de produits qui préservent les intérêts des empoisonneurs des Humains, des animaux, des végétaux, de la Planète.

 

en

  Enough is enough! Members of the French parliament, under the pressure of the Minister for Agriculture, and lobbies of the agriculture and the chemical industries, again refused to fix the date of the definitive ban on glyphosates. They consider that it is necessary to find a solution of replacement for the farmers first.

Until now I had chosen organic products. From now on I forbid myself from purchasing products that protect the interests of the poisoners of human beings, animals, vegetables, the Planet.

Posté par bouffons à 09:56 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
13 mai 2018

Légumes / vegetables

051318_veg

 

fr

Nous sommes rentrés hier soir après trois jours passés à Cassis. Hier matin il y avait un petit marché de produits bio. Nous avons fait une provision de légumes qu'on ne trouve pas ici – ou pas encore.

Des petits artichauts violets. C'est très rare ici et notre producteur bio n'en cultive pas. Il ne peut pas tout cultiver, par manque de temps et manque de place. Nous avons pris aussi quelques petits pois et des pois gourmands.

 

en

Yesterday evening we came back home after three days spent in Cassis. Yesterday morning there was a small market with organic products. We bought vegetables we can't buy here - or not yet.

Some purple artichokes ("violet de Provence"), very rare here. Our organic producer does not cultivate them. They cannot grow everything, can they? They'd need more space and more time. We also took some peas and mangetout peas (snow peas).

 

 

 

Posté par bouffons à 11:08 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
06 mai 2018

Soleil / Sunshine

050618_salad (1)

 

fr

Il fait soleil, ce dimanche matin. La Maîtresse de Frimousse fait du vélo sur la piste cyclable. J'ai vu  – Glympse ! – qu'elle est allée jusqu'à la limite Savoie-Haute-Savoie, entre Faverges et Ugine.

Elle revient. Elle trouvera ses mugs de thé et le repas prêts. Comme la température le permet, nous mangerons sur le balcon… Et cela m'a permis de décider de faire une salade de riz, avec un petit bocal de haricots rouges, un concombre, deux tomates et des petits oignons frais découpés aux ciseaux.

 

en

Sunshine this Sunday morning. Frimousse's Mistress is riding her bike on the cycle track. I have seen - Glympse! - she went as far as the limit between Savoie and Haute-Savoie, between Faverges and Ugine.

She's cycling back. She will find her mugs of tea and her meal ready. As the temperature allows it, we shall have lunch on the balcony … And it has allowed me to decide to prepare a rice salad, with a small jar of kidney beans, a cucumber, two tomatoes and young onions cut with scissors.

050618_salad (2)

 

 

 

 

 

Posté par bouffons à 11:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
25 avril 2018

Quetsches / Damson

042518_prune

 

en

The blossoming of plum trees is coming to an end. Without climatic incidents, there should be lots of plums this year.

In the foreground our damson tree. On the left one of the numerous RouXy's Master's culs d'pollè (*).  Culs d'pollè is the native, not grafted plum tree, which produces excellent red plums, smaller than damsons. The stone is easy to remove. Very suitable for tarts and jams.

If you have the curiosity to read the link to the Wikipedia page, you will see that plums is a vast subject.

Culs d'pollè jam? The day of last week when my grandson, the sportsman of the family now (**), popped in on his bike with two friends of his, he immediately asked for the culs d'pollè jam the Mistress of Frimousse makes. And with my hot bread, just out of the oven …

This morning, much more modestly, I went for a short walk above our village. I've noticed that when it is rather chilly, and I put on compression socks, my knees and my ankles accept a moderate effort better…

 

(*) Culs d'pollè = bottoms of chicken, because of the shape of the plum. Pollè means chicken in Savoy dialect, akin to Italian pollo and French poulet.

(**) He won a race last Saturday

 

 

 

fr

La floraison des pruniers tire à sa fin. Sauf  incident climatique, il devrait y avoir des prunes cette année.

 

Au premier plan notre quetschier. Sur la gauche un des nombreux culs d'pollè du Maître de RouXy. Les culs d'pollè c'est le prunier indigène, non greffé, qui produit d'excellentes prunes rouges, plus petites que les quetsches. Le noyau se détache bien. Convient tout à fait pour les tartes et les confitures.

 

Si vous avez la curiosité de lire la page Wikipedia que j'ai mise en lien, vous verrez que les prunes sont un sujet vaste. Oublions les culs d'pollè, dont je vous ai déjà bien parlé. Les quetsches, c'est pas si simple ! Dans la montagne savoyarde, les quetsches, ils appellent ça des pruneaux. C'est comme cela que le Maître de RouXy appelle nos quetsches et ses quetsches. Mais, attention, rien à voir avec les pruneaux (d'Agen). Les quetsches sont originaires de Lorraine, d'après Wikipedia, et la Maîtresse de Frimousse aussi. Mais elle a tendance à employer le mot quetsche comme terme générique pour prune rouge.

 

À propos de confiture, le jour de la semaine dernière où mon petit-fils, le grand sportif de la famille maintenant (*), est passé à vélo avec ses deux copains, il a immédiatement demandé la confiture de culs d'pollè de la Maîtresse de Frimousse ! Et avec mon pain tout chaud…

 

Ce matin, beaucoup plus modestement, j'ai fait un tour au-dessus de chez nous. J'ai remarqué que lorsqu'il fait très frais, et que je mets des chaussettes de compression, mes genoux et mes chevilles acceptent mieux un effort modéré…

 

 

 

(*) Il a gagné une course samedi dernier

 

042518_springtime

 

 

 

 

 

Posté par bouffons à 10:59 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,